Une histoire de lait concentré: les frères Page et Anglo-Swiss

19 février 2016

«Notre lait suisse concentré original est le meilleur sur le marché. Tous les autres types de lait concentré sont de qualité inférieure.»

C'était une allégation publicitaire audacieuse, mais elle était fondée sur des données fiables. Un attachement indéfectible envers la qualité des produits a incité George et Charles Page, les frères américains et ancêtres de Nestlé, à construire en 1866 la première usine de lait concentré en Europe.

Aujourd'hui, lorsque nous versons du lait frais pasteurisé sur nos céréales au déjeuner ou du lait concentré sucré sur notre dessert, nous tenons pour acquis que ces aliments de base sont sécuritaires.

Cela n'a pas toujours été le cas. Jusqu'au dix-neuvième siècle, le lait frais et pur était une denrée prisée dans les petites et grandes villes d'Europe. Le lait était souvent un important vecteur de maladies, car la réfrigération n'étant pas la norme à l'époque, le lait se gâtait rapidement. De plus, le lait était fréquemment contaminé, car on y ajoutait souvent de la craie, de l'eau ou d'autres substances, ce qui pouvait représenter un risque majeur pour la santé.

C'était la situation qui prévalait lorsque Charles est arrivé à Zurich en 1865, en tant que jeune vice-consul des États-Unis responsable des affaires commerciales. Et pourtant, dans la campagne suisse, il a vu des vaches qui broutaient dans les pâturages. Cela lui a rappelé un nouvel aliment populaire aux États-Unis qui était distribué aux troupes de soldats de l'Union alors qu'il couvrait la guerre civile comme journaliste.

Première usine de lait concentré d'Europe

Mis au point par Gail Borden au début des années 1850, le lait concentré en boîte s'est révélé être d'une valeur inestimable sous forme de ration distribuée aux militaires dans les années 1860. Si le lait frais se gâtait en raison des longues chaînes d'approvisionnement, le lait en boîte, par contre, était facile à transporter, durable et sécuritaire en plus d'être nutritif. Rien d'étonnant, par conséquent, que les ventes aient explosé dans les petites et grandes villes américaines après la guerre.

Espérant obtenir un succès analogue en Europe, Charles Page a fondé la Anglo-Swiss Condensed Milk Co. à Cham, en Suisse, en 1866. À ce moment-là, George se trouvait aux États-Unis afin de se familiariser avec le procédé novateur mis au point par Gail Borden pour produire du lait concentré. Ce procédé consistait à chauffer le lait afin qu'une partie de l'eau s'évapore, puis à ajouter du sucre comme agent de conservation.

Un an plus tard, les frères Page ouvraient la première usine de lait concentré en Europe, à Cham, et leur lait, commercialisé sous la marque Milkmaid, avait commencé à sortir des chaînes de production. Grâce à des normes élevées de qualité et de sécurité, à une usine moderne et efficace, à un réseau de distribution efficient et à un sens aigu du marketing, le produit a connu du succès. La marque à l'origine de l'histoire de Nestlé, qui remonte à 150 ans, est toujours vendue aujourd'hui sous le nom Milkmaid de Nestlé.

Dès 1868, Anglo-Swiss vendait plus de 374 000 boîtes de lait concentré. La demande provenait principalement de la Grande-Bretagne et de ses colonies, dont l'appétit pour le lait concentré avait inspiré les deux frères dans le choix du nom de leur entreprise. Charles est décédé en 1873 et, en1891, George gérait une entreprise qui comptait douze usines en Europe et aux États-Unis, et qui exportait partout dans le monde.

«Le général» s'est révélé un chef de file éclairé

George Page, ou «le général» a été l'élément moteur derrière Anglo-Swiss. Un homme éclairé, il avait compris que le succès à long terme d'une entreprise va de pair avec un comportement responsable envers les fournisseurs, les employés et la société. À cet égard, Anglo-Swiss préfigurait l'approche de Nestlé axée sur la création de valeur partagée.

Anglo-Swiss utilisait seulement du lait frais provenant de vaches locales, et les agriculteurs recevaient un paiement garanti pour leurs approvisionnements quotidiens à un prix convenu. Le lait était livré à l'usine dans des bidons nettoyés à la vapeur et testé en laboratoire pour en déterminer la teneur en gras et la pureté.

Les agriculteurs recevaient une aide technique pour les aider à améliorer la qualité du lait et à en augmenter la quantité, et George Page encourageait le recours à des méthodes avant-gardistes pour l'élevage et l'alimentation du bétail. Une telle approche scientifique à l'égard de la production laitière était très rare dans les années 1860, et a servi de premier modèle à Nestlé qui, à l'époque moderne, a conçu un modèle de «district laitier» (en anglais uniquement).

Le traitement que Page réservait à ses employés était également avant-gardiste pour l'époque. Les employés d'Anglo-Swiss, qui tombaient malades ou qui étaient victimes d'un accident de travail, touchaient un salaire, au lieu d'être simplement licenciés. Ils pouvaient aussi adhérer à un régime d'assurance-santé volontaire. George Page a construit des logements pour les employés à Cham et une garderie pour leurs enfants.

Partager la passion de Nestlé pour la nutrition

En tant qu'employeur progressiste, Page avait beaucoup de choses en commun avec un autre immigrant arrivé récemment en Suisse, l'Allemand Henri Nestlé. Une même passion pour la nutrition et le volet social a incité Nestlé à inventer sa Farine lactée, aliment pour nourrissons, qu'il a vendue à partir de 1867 à Vevey.

Après 1878, l'entreprise d'Henri Nestlé et Anglo-Swiss sont devenues des rivales directes à mesure qu'elles ont commencé à produire de nouvelles versions du produit principal de l'autre, que les clients aimaient acheter simultanément.

Malgré cette rivalité, les deux entreprises ont prospéré tandis que leurs autres concurrents ont échoué. Et ce, parce qu'elles ont su gagner la confiance de leurs clients grâce à des normes de qualité sans faille. Les deux entreprises utilisaient le même ingrédient, le lait, qui est à la base d'une nutrition fondée sur des données scientifiques.

Une fusion entre deux entités d'égale importance était logique. George Page, qui s'était opposé à une entente basée sur ces conditions, est décédé en 1899. L'entente a été signée en 1905 et Nestlé and Anglo-Swiss Condensed Milk Company a vu le jour. Le reste appartient à l'histoire de Nestlé…