Nestlé ouvre une 40e école – Lutte contre le travail illégal des enfants en Côte d'Ivoire

15 juin 2015

Par l'intermédiaire de son Cocoa Plan, Nestlé s'est engagée à bâtir 40 écoles en Côte d'Ivoire, de 2012 à 2015, dans le but de contrer le problème du travail illégal des enfants dans les plantations de cacao, et de faciliter l'accès à l'éducation pour 10,000 jeunes.

Nous avons récemment franchi cette étape importante.

Au nom de Nestlé, la World Cocoa Foundation (en anglais uniquement) construit ou rénové la plupart des nouvelles écoles en Côte d'Ivoire alors que l'International Cocoa Initiative était le principal partenaire pour la mise en oeuvre du système de prévention du recours au travail des enfants.

  • Nous avons établi 40 écoles en Côte d'Ivoire pour contribuer à l'élimination du travail illicite des enfants.
  • En 3 ans, nous avons investi 2,1 millions de francs suisses pour bâtir des écoles dans des collectivités rurales.
  • L'accès à l'éducation est maintenant plus facile et plus attrayant pour 10 000 jeunes.

Les agents de liaison choisis par leur collectivité locale utilisent notre système de surveillance et d’éradication du travail (en anglais uniquement) pour recueillir des données indiquant si les enfants des cultivateurs travaillent illégalement au lieu d'accomplir des tâches non dangereuses qui ne nuisent pas à leur éducation.

  • Un accès à l'éducation plus facile permet de prévenir le recours au travail des enfants dans les plantations.
  • L'International Cocoa Initiative estime que dans les collectivités productrices de cacao de la Côte d'Ivoire, près de 2 enfants sur 10 travaillent illégalement.
  • Trois cent trente-deux (332) agents de liaison vérifient si des enfants travaillent illégalement et les incitent à fréquenter une école.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, chaque année, environ 1,6 million d'enfants meurent en raison d'une maladie diarrhéique (en anglais uniquement) associée en grande majorité à l'insalubrité de l'eau, à des installations sanitaires inadéquates et à une mauvaise hygiène. L'OMS mentionne que le simple fait de se laver les mains peut réduire de 37,5 pour cent la morbidité diarrhéique.

  • Les nouvelles écoles comportent des toilettes séparées pour les filles.
  • L'absence de toilettes propres et sécuritaires dissuade de nombreuses adolescentes de la Côte d’Ivoire de fréquenter l'école.

L'éducation ne se limite pas à la salle de classe.

  • Grâce aux potagers, les femmes et les enfants apprennent à cultiver des aliments comme l'okra, le poivron, l'aubergine et le maïs.
  • Les écoles peuvent vendre des légumes et ainsi générer un revenu.

Toute la collectivité bénéficie des nouvelles écoles.

  • Ces dernières constituent une plateforme pour les activités de la collectivité, car il s'agit habituellement des bâtiments les plus importants et les mieux construits du village.
  • Les habitants locaux sont membres des comités de gestion des écoles.
  • Ils organisent des formations sur les installations sanitaires et sur la prévention des maladies transmises par l'eau.